• Une continuité de la fracture

    Une nouvelle semaine de confinement commence avec son lot de découverte sur la continuité pédagogique. Depuis quelques jours, des craintes apparaissaient sur l'utilisation de l'outil numérique par les familles. 

    Avec mes collègues, nous avons observé cette fragilité. Malgré tout, les familles pouvant imprimer dans la majorité des cas, ils arrivaient à contourner le problème. 

    Pour les autres, des envois papier étaient déjà effectués ce qui empêchait les soucis. 

    Mais hier soir, la réalité est revenue ... et elle a touché de plein fouet les familles. L'encre vient à manquer dans beaucoup de foyers. Vous allez me dire que les solutions sont simples et multiples ce qui est vrai, mais voici la triste réalité.

    Les familles pourraient acheter de l'encre, sauf qu'il n'y en a pas forcément dans les magasins (eh oui petite ville de campagne) et que surtout cela représente un budget. Certaines familles aimeraient le faire ... mais la réalité économique l'emporte. Le chômage partiel les touche et les fins de mois vont être difficiles dès avril. Il faut compter les dépenses et l'encre n'est clairement pas une priorité quand on doit nourrir une famille. 

    L'autre solution serait de remplir directement les devoirs sur l'ordinateur. Pour cela (et depuis le début), nous fonctionnons avec des fichiers word ou open office. Le problème ici est multiple.

    Premièrement, s'il y a plusieurs enfants dans la famille, le temps devant l'ordinateur est compté et ce n'est pas simple à gérer.

    Deuxièmement, il faut déjà avoir un ordinateur pour compléter les documents. Certains sont sur tablette, d'autres sur téléphone, il existe autant de situations différentes que de familles à gérer.

    Enfin, le point le plus important et le plus simple à comprendre : certaines familles ou enfants ne savent tout simplement pas faire. Remplir un document relève du défi pour eux. Ils ne savent pas s'y prendre. 

    Comme quoi, même en ayant du matériel, il faut savoir l'utiliser afin d'avoir une continuité satisfaisante. 

    Cette situation pèse sur les familles et de là va découler plusieurs symptômes comme la démotivation, les tensions familiales ou bien encore le sentiment d'abandon. 

    Le travail est donc beaucoup moins régulier, les parents lâchent aussi et l'écart continue de se creuser. 

    Je ne critique en rien la continuité qui est nécessaire et même vitale. J'apporte là des constats et mes craintes. 

    Cela donne aussi des pistes de travail, il faut apprendre aux élèves à se servir encore plus du numérique. Il faut pour cela en avoir les moyens. La SEGPA dans laquelle je travaille dispose d'une salle informatique rien qu'à elle. C'est une chance que peu de monde a. 

    Cette continuité aura le mérite de montrer que la fracture numérique est un frein à l'égalité des chances. Mes élèves qui sont déjà à besoins éducatifs particuliers sont pénalisés par ce manque d'accès au numérique, mais aussi par le manque de formation. Enfin, l'aspect financier va commencer à les toucher et là cela devient dramatique, car il y a peu de parades pour lutter contre cela.

    En ce début de 4e semaine de confinement, je me sens donc triste et résigné. Je dois colmater des brèches sans outils enfin si avec un seul et unique outil qui est la parole, les appels et le soutien que je peux avec mon équipe apporter aux familles. 

    Nous faisons de notre mieux, mais force est de constater que c'est une continuité de la fracture qui s'impose et non une continuité pédagogique ! 

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Belette
    Mardi 7 Avril à 15:43

    Bonjour,

     

    même constat dans notre segpa.... frown Du coup, j'ai tenté depuis la semaine dernière, le site la quizinière de Canopé. Je crée des quizzs en français et en SVT. (pour les maths, je cherche autre chose... peut être Learning Apps)

    Ce qui est chouette, c'est que j'ai pu m'enregistrer pour passer les consignes ou lire les textes aux élèves les plus en difficulté. J'ai également différencié les questionnaires.

    Ce qui est chouette c'est que pour le coup, les élèves peuvent faire le travail avec leur téléphone s'ils n'ont pas d'ordinateur.

     

    Je constate cette semaine bien plus de participation et de rendu de travail.smile

    Bref, je suis ravie et je crois que les élèves aussi. (en plus, la correction va assez vite et est individualisée!)

     

    Bon  courage pour cette période!!

      • Mardi 7 Avril à 16:23

        Bonjour, 

         

        Merci pour ce retour, 

         

        Je vais me pencher sur ce site !

         

        Bon courage aussi !

    2
    Belette
    Mardi 7 Avril à 17:25

    Si tu veux, je peux t'envoyer le lien de ce que j'ai fait pour que tu ailles jeter un coup d'oeil.

    Je viens de créer un quizz maths également sur le site, je verrai si ça marche. Lorsque je propose un  problème ou autres, je vais sur Canvas pour créer le visuel afin d'ajouter des dessins et que le texte soit plus gros.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :